Vivre nu peut-il sauver l’économie française ?

En ville ou à la campagne, au travail ou en vacances, le naturisme peut potentiellement se pratiquer partout, ce qui en fait un marché à gros potentiel. Autrefois uniquement pratiqué par quelques hippies, le naturisme se répand aujourd’hui dans toutes les strates de la société. Ce marché en pleine expansion peut-il alors sauver la France de la crise économique ?

 

 

La France championne du tourisme naturiste mondial.

 

Avec ses régions du sud-ouest où le tourisme naturiste y est très développé, la France est la première destination mondiale pour ce type de vacances un petit peu original. Notre belle patrie accueille en effet chaque année plus de 3,5 millions de personnes venant profiter de leurs vacances, le sexe en liberté. L’air frais entre les cuisses, le contact le plus intime qui soit avec son environnement, bref une réintégration du corps au sein de la nature voilà ce qui motive ces millions de personnes à prendre part à de telles vacances.

Le business est donc en pleine expansion. En effet, le chiffre d’affaires annuel du tourisme naturiste en France est de 300 millions d’euros en 2015. Ce chiffre d’affaires annuel était, 3 ans auparavant, de 250 millions, soit une augmentation de 20% sur la période. Ce boom est le bienvenu en ces temps de crise… Alors que la présidence de la république recherchait depuis des mois et des mois l’inversement de la courbe du chômage, le secteur du tourisme naturiste affichait quant à lui le gros et ferme chiffre de 3 000 emplois en lien avec le business et des créations de postes chaque année.

Et ce tourisme n’est pas prêt de s’arrêter. La fréquentation des établissements naturistes est en perpétuelle hausse, chaque année ce sont ainsi 2 à 4% de sexes libres et sauvages supplémentaires qui viennent séjourner en France. Autre fait important, le public pratiquant le naturisme occasionnel est principalement jeune, ce qui laisse de belle perspective pour les professionnels du secteur. Un cluster « tourisme et naturisme » a même été créé afin de promouvoir la pratique. Et ce dernier est doté d’un budget de plus de 100 000 euros !

 

Tous à poil !

Tous à poil : voilà peut-être la clef du succès économique tant recherché. Et si vivre nu était la réponse à nos questions ? La solution à nos problèmes ? Cette idée un peu saugrenue n’en est pas moins une réalité. En effet le naturisme ne se cantonne plus aux vacances, et s’invite aujourd’hui au restaurant, à la salle de sport, et plus généralement dans l’espace urbain. Les modes de consommation pourraient être bouleversés par le naturisme, et c’est ainsi toute l’économie qui se recentrerait autour de la nudité.

Sebastian Lyall, un homme d’affaire britannique, est à la tête d’un restaurant à Londres où l’on déguste les plats dans le plus simple appareil. Au regard de la liste d’attente du restaurant de plus de 16 000 personnes, il a donc décidé d’en ouvrir d’autres à travers le monde. Un restaurant naturiste pourrait donc ouvrir ses portes prochainement à Paris. Il existe à travers le monde un véritable engouement pour ces restaurants « novateurs ». New-York et Tokyo ont déjà les leurs et ils ne désemplissent pas ! Il vous faudra tout de même compter de 50 à 70 euros par personne pour aller dîner « à la fraiche, décontracté du gland » dixit Gérard Depardieu.

Les exemples de business naturistes sont nombreux. Si vous le voulez, vous pouvez ainsi aller à la piscine naturiste, faire vos courses dans des supermarchés naturistes, aller à la salle de sport complétement nu, ou bien encore vous balader nu en pleine ville dans un parc prévu à cet effet. La nudité gagne donc de plus en plus d’espace au cœur des villes. Munich a par exemple prévu six zones dans lesquelles la nudité est de mise. Paris quant à elle réfléchit à l’ouverture d’un centre naturiste en son cœur pour répondre à cette demande croissante.

L’intégralité de l’économie traditionnelle est en fait déclinable à la mode nudiste ! Après les applications de rencontre, pour personnes mariées, pour gays, pour roux, voici Zerokini l’application mobile de rencontre pour les tout-nus. Zerokini reprend le même business modèle que ses prédécesseurs mais en l’adaptant à la clientelle naturiste. Avec l’expansion de la pratique, le site de rencontre connaît donc sa propre expansion, et cela sans apporter d’innovation réelle au concept.

Sur le même sujet

2 Commentaires

  1. Naturiste
    20/12/2016 at 11 h 57 min - Répondre

    Deux grosses erreurs à rectifier dans cet article :

    1.Le naturisme n’était absolument pas « pratiqué autrefois uniquement par quelques hippies » !!! Le mouvement hippie est apparu vers la fin des années cinquante, alors que le naturisme a été préconisé au XIXe siècle par le philosophe et géographe français Elysée Reclus, et que l’île du Levant a vu les premiers naturistes en 1930 !!! En outre les hippies étaient un peu trop portés sur la fumette, alors que le naturisme est une doctrine hygiéniste !!!

    2. Le naturisme ne se limite pas à la sensation agréable de la libération du vêtement. Il comporte des valeurs éthiques fortes, respect du corps et de la personnalité d’autrui, protection de la nature.

  2. Annie Versaire
    20/12/2016 at 9 h 27 min - Répondre

    Cet été 2016, on a estimé que le burkini était légal.
    On aurait plutôt dû légaliser la nudité, ou du moins, si l’on légalisait le burkini, déclarer que la nudité aussi était légale.
    Comme chez plusieurs de nos voisins, chez qui, quand on a envie de se mettre nue pour se bronzer, se baigner, on peut le faire sans devoir aller à des endroits expressément réservés au naturisme.
    Sur les plages espagnoles ou croates, on voit des gens nus au milieu de gens en maillot, et ça se passe très bien.

Ajouter un commentaire