L’amour est dans le pré, l’argent sur Internet

Selon une étude réalisée par Acxiom en 2012, près de 40,6% des foyers français sont des célibataires, et l’on en recenserait actuellement environ 18 millions dans l’Hexagone. Les entreprises n’ont pas manqué de profiter de l’ampleur de cette tranche démographique : en effet, souvent libérés de la charge financière que représentent des enfants, ils ont tendance à consacrer une part plus importante de leur consommation au loisir, selon Franck Taipro, Président de l’agence de publicité Hémisphère Droit. Et les sites de rencontres font partie des entreprises ayant rapidement compris l’intérêt économique de ces 18 millions de « moitiés dépareillées de paires de ciseaux », comme les décrivait affectueusement Benjamin Franklin.

 

Qui se ressemble s’assemble.

Si c’est Meetic, lancé en 2002 par Marc Simoncini, qui représente la référence en la matière, le célibataire fait face aujourd’hui à une pléthore d’offres pour trouver l’amour : Lovoo, AdopteUnMec, eDarling, HugAvenue… C’est plus de 2000 sites qui mettent en relation les célibataires (et les non-célibataires) français.

Cette concurrence de plus en plus significative oblige tous ces sites à se spécialiser, et il est désormais possible de choisir le type de personnes que vous voulez rencontrer. Et les critères sont nombreux.

Marre des conflits conjugaux sur fond de différends politiques ? Choisissez www.droite-rencontre.com ou www.gauche-rencontre.com ; sites qui partagent le même slogan évocateur : « On est déjà d’accord sur un point ! ». Vous recherchez un partenaire pour partager votre foi au quotidien ? Theotokos, E-Mazal ou encore Mektoube seront là pour vous. Les rencontres avec les personnes de votre âge vous ont lassé ? Optez pour Sugardaddy ou AlloCougar.

Vous avez bien compris, il y en a pour tous les goûts. Enfin, si vous êtes végétarien, et que vous refusez tout contact avec une personne consommant de la viande, amour-bio.com est fait pour vous.

 

Vous êtes seuls, eux sont riches.

Bien entendu, ces services ne sont pas gratuits, et les entreprises imaginent de nombreuses manœuvres pour mettre votre carte bancaire à contribution.

Les sites de rencontre traditionnels proposent une adhésion et une mise en contact avec d’autres célibataires dont vous pouvez visiter le profil ou liker la photo ; tout cela moyennant un abonnement variant entre 14,99€ et 59,99€ par mois. Inutile de préciser que pour extorquer une telle contribution aux adhérents, il est nécessaire de soigner son image de marque et de savoir diversifier ses activités. La publicité représente alors un élément-clé de la stratégie. Il est effectivement primordial d’acquérir de la visibilité, et de bien cibler sa clientèle.

Ainsi, AttractiveWorld a choisi de promouvoir un des services « hauts de gamme pour les célibataires exigeants ». Elitiste, instaurant une rude sélection à l’entrée, et avec un abonnement à 59€ par mois pour les hommes ; n’imaginez pas emmener votre premier rendez-vous au KFC Place de Clichy.

« Pour ma part je n’ai pas encore été accepté sur ce site. J’ai relancé ma candidature mais je ne perds pas espoir et espère bien être un jour pouvoir rejoindre la communauté ! Les publicités à la télé me donnent chaque soir envie d’être membre… » confie un membre d’un forum sur le site AttractiveWorld.

Pour cultiver cette image de marque, AttractiveWorld a notamment collaboré avec Canal + en sponsorisant des Créations Originales de la chaîne, mais également avec des émissions comme Capital. Résultat ? Une marge nette de 15% sur ces trois dernières années… pour finalement être racheté par EliteRencontre pour une somme comprise entre 10 à 20 millions d’euros en octobre 2016. Quelques millions d’euros de plus-value pour avoir permis de faire se rencontrer deux personnes qui ne voudront plus jamais se revoir, … plutôt lucratif comme business !

La dernière campagne publicité de Meetic s’est quant à elle avérée être un pari osé : « Love Your Imperfections ». Des heures de recherche en marketing pour en arriver à la conclusion que, le meilleur moyen d’attirer la clientèle, serait de leur vendre l’argument que c’est leur tango hésitant ou leur incapacité à faire cuire des pâtes qui constitueraient leur principal atout de séduction. Même si, avec des évènements de plus en plus diversifiés comme sa soirée célibataire du 14 février à la Tour Eiffel, ou la création de MeeticAffinity, l’entreprise montre une vraie volonté de montée en gamme. Il leur faut bien un prétexte pour justifier une hausse du prix des services proposés après tout.

Si l’existence de ces sites est relativement récente, leur succès immense a favorisé un développement exponentiel de ces entreprises, qui s’affirment aujourd’hui comme de véritables entreprises multinationales. Ainsi, Meetic est aujourd’hui présente dans 15 pays, et emploie près de 350 salariés. Elle est depuis 2014 rattachée à Match, le géant de services américain qui possède également Tinder, et qui a réalisé 1 milliard de dollars de chiffres d’affaires en 2015.

À une échelle moindre, la startup AdopteUnMec, née en 2007, marque une réussite française dans ce secteur : passée de 11 salariés à 40 entre 2011 et 2013, son chiffre d’affaires a augmenté de 71% sur la période.

L’amour géo-localisé.

 Si des firmes comme celles évoquées auparavant concentrent de larges parts de marché, la démocratisation des smartphones a favorisé une nouvelle tendance : les applications de rencontres géo-localisées. Il vous est désormais possible de rencontrer l’amour en allant chercher le pain ou un cachet d’aspirine un lendemain de débauche. Il vous suffit simplement d’avoir votre téléphone en poche. Et bien sûr, d’avoir choisi une photo de profil vous mettant suffisamment en valeur.

Tinder, Happn, Lovoo : toutes ces applis profitent des énormes plateformes de distribution que représentent l’AppStore ou GooglePlay.

Mais cette tendance touche principalement les jeunes : 85% des utilisateurs de Tinder (100 millions depuis 2012) ont moins de 35 ans, quand la moyenne d’âge sur Meetic est justement à 35 ans. Il est vrai qu’avec un crédit étudiant à rembourser, consacrer 59€ par mois à AttractiveWorld relève de l’utopie, tant pis pour les célibataires exigeants !

De même, en aout 2015, Tinder lance l’application 30under30. Si vous n’avez jamais entendu parler de cette application, pas d’inquiétude : elle a pour objectif de mettre en relation les jeunes les plus influents de la planète, dont la liste est dressée par Forbes. Parmi les membres de cette liste Zac Efron, Blake Lively ou Emma Watson. Et à moins d’avoir vécu une histoire d’amour avec un sorcier rouquin, peu probable que Forbes se soit intéressé à votre cas.

 

Vous aussi, arrondissez vos fins de mois en profitant du malheur des autres !

La prospérité des sites de rencontres a permis le développement des arnaques sur internet, et la réaction de tout citoyen lambda serait : pourquoi pas moi ? Le schéma classique, mis en place en Afrique de l’Ouest par les « brouteurs » est assez simple, et ce sont 150 millions d’euros par an qui seraient extorqués.

Il faut d’abord bien choisir sa cible : l’idéal est une femme, de 40 à 60 ans, et très important, célibataire. Après quelques premiers échanges, entamez une romance, n’ayez pas peur d’être expressif quant à vos sentiments. Une fois les sentiments réciproques – du moins officiellement -, évoquez un voyage à l’étranger, voyage supposé vous rapporter une somme importante. Pour cela, il peut être utile de prétendre travailler dans l’import-export. Naturellement, faites à votre guise ! Finalement, vient le moment clé : réclamer de l’argent. Il vous suffit alors d’arguer un problème sur place, et de demander de l’aide (financière) à votre victime. En jouant sur ses sentiments, l’argent tombera du ciel.

Entrepreneur chez entrepreneur consentant…

Certaines entreprises ont finalement eu l’idée de mettre en relation les profils professionnels pour donner naissance à des projets entrepreneuriaux. C’est ce que cherche à promouvoir Affeniteam, créée en 2014, et qui compte aujourd’hui 6500 inscrits. Après avoir répondu à 20 questions, un algorithme vous met en relation avec les autres entrepreneurs compatibles.

Les débuts sont cependant difficiles pour les entreprises françaises : les services proposés restent finalement assez limités, et pour pouvoir proposer des services payants, il leur faudra d’abord élargir leurs activités. Ainsi, l’entreprise américaine FounderDating, pionnière mondiale du secteur, fournit des prestations de consulting payantes en plus de la mise en relation des entrepreneurs.

Si vous finissez un jour par céder à la tendance, ne culpabilisez pas : 1/3 des célibataires reconnaissent être inscrits sur des sites de rencontre, et puis, votre mère veut des petits-enfants… N’oubliez pas, au XXIe siècle : Cupidon est capitaliste !

Sur le même sujet

Ajouter un commentaire