2016 : le récap’ en chiffres


Après les fêtes et les quelques nombreuses bouteilles de champagne consommées, les blocs de foie gras ingurgités, les bûches découpées, les bises données au nouvel an, les cadeaux offerts et l’argent dépensé, nous vous proposons un retour sur les chiffres qui ont marqué l’année 2016.

 

277 001 353 $ générés par le secteur du E-sport

Le eSport – ou sport électronique – a été officiellement reconnu par le sénat dans la semaine du 2 février 2016 en France. Cette pratique rassemble aujourd’hui 850 000 joueurs professionnels ou amateurs. Le eSport consiste à jouer à un jeu vidéo, seul ou à plusieurs, lors d’une compétition.

A l’instar de Fifa, League of Legends, Call of Duty, ces jeux vidéo représentent un business fructueux dans l’ère du numérique. Et pour cause, ils ont rapporté 277 millions de dollars de gains en 2016.

Grâce au streaming, et notamment grâce à la plateforme Twitch, ces tournois ont pu être diffusés à des millions de spectateurs sur internet et faire exploser les audiences. « Les audiences doublent quasiment chaque année » explique un manager qui gère les droits des joueurs pour l’agence Bang Bang Management. Selon une étude du cabinet de Deloitte c’est environ 170 millions de personnes qui ont suivi les tournois de eSports en 2016. Ces gains ont engendré une professionnalisation du secteur : organisateurs d’événements, commentateurs, agents, joueurs, et youtubeurs. Sachez également que le salaire des joueurs varie entre 1 000 € et 10 000 € par mois, selon Antoine Gourlay, responsable marketing eSport de Webedia.

L’argent a également attiré de gros annonceurs tels que Coca-Cola, KFC, ou Orange qui font maintenant partie du paysage publicitaire de ces compétitions en tant que principaux financeurs. Enfin, les recettes proviennent du sponsoring pour 50%, des ventes de tickets à 30% et des droits de retransmissions à 20%.

3 470 000 dab sur Instagram

Aujourd’hui, Instagram se place comme l’un des réseaux sociaux les plus utilisés et fréquentés au monde. En 2016, Instagram a enregistré un doublement de sa base d’utilisateurs. Facebook a eu donc raison de racheter ce réseau social en 2012 pour la somme de 747 millions de dollars. Pour autant, si l’application apparait de plus en plus rentable, elle est toujours en forte concurrence avec Snapchat. Ce qui différencie majoritairement les deux applications, c’est leur vision de la publicité. Pour Evan Spiegel, le native advertisement est l’avenir, et c’est sur ce business model que se fonde l’entreprise. Le native advertising est « un contenu en ligne sponsorisé d’apparence éditoriale qui s’intègre à la forme du support en abordant des thèmes proches de ceux traités par le texte informatif. » d’après la définition de e-marketing.fr. Concrètement, cela consiste à intégrer de manière « lisse », fondue, un contenu de marque au cœur d’une page média. Instragram fonctionne quant à lui avec des bandeaux publicitaires aux mêmes formats carrés que les photos. Depuis l’arrivée des Stories sur Instragram, le réseau social pourrait alors capter une audience plus attirée par l’éphémère et accroitre davantage son audience in fine.

57,1 km inaugurés dans le tunnel du Saint-Gothard

 

Le tunnel du Saint-Gothard inauguré le 1 juin 2016, passant sous le massif du Saint-Gothard en Suisse, est le plus long tunnel du monde à ce jour. Après 17 ans de travaux, le voyage entre Zurich et Milan, deux centres économiques névralgiques de l’Europe, sera raccourci d’une heure environ, pour durer 2h40. Mais l’objectif à terme est de pouvoir créer une voie ferroviaire à grande vitesse depuis Rotterdam jusqu’à Gênes, traversant le cœur économique de l’Europe. Après cet ouvrage, les plus longs tunnels au monde sont le Seikan tunnel au Japon, d’une longueur de 53,9 km, et le Tunnel sous la Manche entre la France et la Grande-Bretagne avec 50,5 km.

26 Présidents élus

Dans la liste non exhaustive, on trouve Donald Jr Trump qui fait basculer les Etats Unis du côté Républicain. Mais aussi, le professeur d’économie Alexander Van der Bellen membre des verts qui devient le nouveau président d’Autriche; ou bien Paolo Gentiloni (provisoire), qui remplace Mateo Renzi, suite au non du référendum italien. On note également Boungnang Vorachit, le nouveau président de la république du Laos, ou encore Dame Patsy Reddy, gouverneur général de la Nouvelle Zélande.

Dans les dames élues, on relève également l’élection de Tsai Ing-wen, présidente de la république de Chine (Taïwan) au 56% des suffrages, promouvant une politique plus transparentes.

 

4 : le nombre d’Etats aux Etats-Unis qui légalisent le cannabis

La Californie, l’Arizona, le Nevada et le Massachusetts ont approuvé par référendum la pleine légalisation de la marijuana fin 2016. Cette libéralisation, bien que polémique, représente un business juteux : les Américains ont dépensé 5,4 milliards de dollars (sur le marché légal) en 2015. Des chiffres qui laissent penser que ce marché est en forte croissance grâce à ces nouvelles légalisations – environ 17% selon les estimations.

4 millions de kilomètre carrés de couche d’ozone en plus

Image en fausses couleurs montrant les concentrations d’ozone au-dessus de l’Antarctique le 2 octobre 2015

D’après la conclusion des travaux publiés par l’équipe anglo-américaine dans la revue « Science », le fameux trou de la couche d’ozone se serait réduit de 4 millions de kilomètres carrés (pour avoir une idée de grandeur, cela représente la surface de l’Union Européenne). Et de fait, l’interdiction des aérosols nocifs aurait été fructueuse sur l’environnement car le trou se situant au dessus de l’Antarctique pourrait être complètement refermer d’ici 2050. La résorption du trou de la couche d’ozone pourrait entrainer une baisse des risques de cancer (de la peau notamment) ainsi qu’une diminution de la menace de disparition des animaux polaires.

Les chiffres de croissance économique

Au 2e trimestre 2016, le PIB des Etats-Unis atteint 18 438 milliards de dollars, soit une hausse de 0,9% sur trois mois et de 3,7% sur un an. 1,3% le taux de croissance à mi semestre de la France et 3,3% en Espagne.

Les Etats-Unis affichent une croissance solide, et un quasi plein emploi durant l’année 2016, ce qui pousse Janet Yellen, Présidente de la Fed à rehausser les taux directeurs pour éviter les risques inflationnistes. Ceci peut s’expliquer par des exportations performantes avec un dollar affaibli de la part des Etats-Unis, dopant leurs exportations. De plus, la consommation soutient toujours la croissance avec notamment des hausses salariales mais surtout un environnement de taux bas qui a profité au consommateur américain. En revanche, on note un investissement affaibli surtout dans l’investissement résidentiel, à savoir l’achat de biens immobiliers neufs.

En France on constate une consommation déchue au troisième trimestre, néanmoins l’investissement reste bien orienté, avec 11,1% d’augmentation des investissements des entreprises françaises, grâce aux mesures de soutien de la part du gouvernement.

Quant à l’Allemagne, une consommation qui porte la croissance, du fait de hausses salariales également et environnement de taux bas qui pousse à la consommation des ménages et des entreprises, même si la cause de l’investissement des entreprises reste moindre, +0,9% par rapport à 2015.

Concernant l’Espagne, même si le chômage est encore à 20 % alors qu’il avait grimpé à 27% en 2014, Madrid table sur la création de 900.000 emplois entre 2016 et 2017. Après, la récession 2009/2010 qui a déprimé la croissance, le rebond après la crise de la dette souveraine de 2012, on observe une belle performance grâce à un rattrapage économique depuis la crise et, dans une moindre mesure, des réformes structurelles sur le marché du travail.

 

76 milliards de dollars : c’est la fortune personnelle de Bill Gates, qui reste l’homme le plus riche des Etats Unis.

Derrière lui, se situe en seconde place le célèbre magnat des affaires Warren Buffet, puis en cinquième place le CEO de Facebook, Mark Zuckerberg, et en septième et huitième les frères Koch de Koch Industries. Alors que Trump est relégué au bas du classement avec une fortune estimée à 4,5 milliards de dollars.

2016 aura été une année fructueuse pour les milliardaires, leurs fortunes se sont accrues de 237 milliards de dollars, soit un gain moyen de 474 millions par personnes (Bloomberg). Ils détiennent ensemble plus d’un quart du PIB américain, soit 4 427 milliards de dollars, une progression de +5,7% en un an.

La principale explication donnée est la hausse des actions sur le marché, avec une progression de 11% sur l’indice S&P 500, ainsi qu’une embellie du dollar suite à l’élection de Trump au Etats-Unis. En effet, le regain de la bourse suite à sa victoire a fait gagner 77 milliards de dollars de plus, pariant sur une amélioration soutenue de la croissance américaine qui profitera aux entreprises du panel.

 

56,14 $: le prix du Brent au 31 décembre 2016

 

Alors qu’en 2013, le cours du Brent dépassait les 120$, ce dernier a atteint en moyenne 52,35$ en 2016, passant parfois sous la barre des 30$, niveau historique de 2003. Cette diminution peut s’expliquer par plusieurs facteurs. D’abord, la levée des sanctions commerciales envers l’Iran a permis à de nouveaux géants d’exploiter ce marché, en faisant baisser le prix. Ensuite, l’augmentation de l’exploitation du schiste par les Américains a accru l’offre de pétrole mondiale. Pour finir, le maintien de la production par les treize pays-membres de l’OPEP a saturé le marché.

Si pour les consommateurs cette baisse s’est traduit par une baisse du prix à la pompe et donc des économies, les pays producteurs ont vu eux leurs finances se réduire de manière drastique, à l’instar du Venezuela dont la chute du cours a engendré une crise économique et politique.

Après l’annonce du sommet visant à trouver un accord pour stabiliser le prix à un cours supportable, celui-ci s’est maintenu à 45$. Mais ce sommet, qui s’est déroulé à Doha en avril, a abouti sur un échec. En septembre, un accord surprise est trouvé entre les pays membres lors d’un forum à Alger : la réduction d’environ 1,2 million de barils par jours, mène à une contraction de l’offre et donc à une augmentation du prix. Cette baisse n’est toutefois pas uniforme dans chaque pays, mais l’accord aura permis au prix du Brent de remonter.

Sur le même sujet

Ajouter un commentaire