Roland Garros, entre business et sport

Roland Garros, entre business et sport

Dans un mois débutera le tournois international de tennis Roland Garros. Certains l’attendent avec impatience, d’autres s’en divertiront quelques heures devant la télé. Mais plus qu’un évènement sportif de haut niveau, ce tournoi très médiatique cache de réels enjeux économiques. Lesquels ?

Réaménagement du site

En effet, Roland Garros est le site le plus petit des 4 Grands Chelem (l’Open d’Australie à Melbourne, les internationaux de France à Paris, Wimbledon à Londres et l’US Open à New York). Après de long débats autour de la question de la localisation du site, il a été décidé d’agrandir le site, et non de le déplacer. Le coût de cette opération est estimé à 273 millions d’euros. Or, si le site avait été déplacé, le coût aurait doublé, mais les recettes aussi, car la décision de rester sur le même site freine le nombre de places vendues. Un gros projet pour la FFT (Fédération Française de Tennis), mais qui ne nuira pas à sa santé financière. En effet, elle financera environ 90% de cet investissement, grâce à ses fonds propres (environ 80 millions) et un emprunt (environ 150 millions).

Dotation des joueurs

La dotation totale pour l’ensemble des matchs, mixtes, trophées des légendes, handicapés, s’éleva en 2013 à 21,017 millions d’euros. Les grands vainqueurs homme et femme gagnent chacun 1,5 millions d’euros. Un joli pactole. Rien que les premiers tours passés rapportent 21 000 euros. On peut aussi rajouter que les perdants des premières phases de qualifications touchent tout de même 2 500 euros.

Financement

Pour finir, comment la FFT arrive-t-elle à financer de telles dépenses ? Grâce à Roland Garros ! En effet, ce tournoi génère plus de 160 millions d’euros de chiffre d’affaires ! Rien que pour devenir partenaire du tournoi, les entreprises doivent débourser 3 millions d’euros, à réinvestir pour chaque édition. De plus, le tournoi attire toujours autant de visiteurs, entre 400 000 et 500 000. Ce qui rapporte plus de 20 millions d’euros à la FFT !

Ainsi, Roland Garros, un vrai business ? C’est ce qu’il paraîtrait… Il suffit de regarder les «offres VIP» que propose la FFT, qui commencent à 175 euros (place et brasserie) et qui terminent à 1 125 euros (hôtel 5 étoiles, brasserie, etc.). Roland Garros est donc très rentable, on en oublierait presque le sport parmi tous ces chiffres…

F.L.

Sur le même sujet

Ajouter un commentaire