Les sports d’hiver, gourmands en énergie

Les sports d’hiver, gourmands en énergie

Alors que la saison bat son plein avec les vacances de Noël bien passées et celles de février qui arrivent à grand pas, focus sur ces sports dont les contraintes climatiques et environnementales sont fortes.

La plus grande chaîne montagneuse d’Europe, les Alpes, accueillent environ six cent stations de sports d’hiver en Autriche, en France, en Italie et en Suisse. Si les saisons sont plus ou moins bonnes selon les années, l’enneigement est quasiment toujours assuré pendant la période hivernale en cette région.

Cependant les questions environnementales qui se posent de plus en plus pour des soucis de ressources énergétiques sont d’autant plus importantes que le réchauffement climatique menace certaines stations, les plus basses surtout, de fermeture.

La meilleure solution trouvée pour pallier au problème de manque de neige est actuellement l’enneigement artificiel. Cette technique, largement répandue n’est pas la plus économe. En effet les canons alimentant l’ensemble des stations alpines demandent plus de quatre-vingt quinze milliards de litres d’eau pour couvrir les vingt-trois mille huit cent hectares de pistes de ski. Cette quantité représente approximativement la consommation en eau annuelle d’une ville d’un peu plus d’un million cinq cent mille habitants.

Aux problèmes d’économies d’énergie s’ajoutent celui de l’assèchement des rivières, lacs et bassins de retenue alimentant ces canons dont la faune et la flore pâtissent. La limite de cette technique en est que certaines stations sont obligées de construire des bassins d’alimentation artificielle afin de subvenir à leurs besoins en eau.

Sur le même sujet

Ajouter un commentaire