L’économie informelle : coûts et bénéfices pour les pays en voie de développement

L’économie informelle : coûts et bénéfices pour les pays en voie de développement

Depuis les années 1970, et particulièrement en Afrique, nous avons assisté à une montée spectaculaire du secteur dit informel. Cela s’explique tout d’abord par une réduction considérable des coûts grâce notamment au contournement de la législation du travail mais aussi par le fait que l’emploi dans ce secteur réponde d’abord à une volonté de survie exprimée par des individus considérés « incompétents », mais aussi par le fait que l’emploi est de ce fait mis en marge du système productif « légal ». Dans des pays comme la Tunisie, l’Algérie, ou encore le Maroc, l’emploi informel représente environ 40% de l’emploi total. Il absorbe de ce fait une main d’œuvre très importante et non comptabilisée car ces pratiques s’effectuent généralement dans un cadre de tolérance vis-à-vis de certaines manipulations illégales. On en vient alors à se demander quelles sont les causes de cette émergence. Est-ce un frein ou un facteur de développement ?

Qu’est ce qui a favorisé l’émergence du secteur informel ?

Entre les années 50 et 80, l’Afrique a assisté à un boom démographique sans précédent et inversement proportionnel à la croissance économique du continent. La légende raconte que pauvreté et forte natalité font bon ménage (le lit du pauvre est fécond, dit le proverbe arabe). Au cours de la même période, la population urbaine s’élevait au rythme de 6% par an et celle des villes périphériques de 10% alors que l’accroissement des emplois offerts dans le secteur ne représentait que 2%. Très vite, la demande d’emplois a été largement supérieure à l’offre. Le développement du chômage urbain, conséquence logique de la crise économique, s’est accompagné de l’émergence et de l’essor du secteur informel. C’est une question de survie pour ces populations refusées par le secteur formel. Le secteur informel joue le rôle de foyer d’accueil pour ces agents économiques exclus du secteur officiel. La baisse de plus en plus forte du pouvoir d’achat des salariés exerçant dans le secteur formel incite les ménages à rechercher des revenus supplémentaires et donc complémentaires dans le secteur informel pour augmenter leur pouvoir d’achat.

L’adoption et la mise en œuvre de politiques restrictives avec leurs « effets secondaires » (réduction des salaires, diminution des effectifs de la fonction publique, privatisation des entreprises d’Etat…) ont largement contribué à la dévalorisation du secteur public aux yeux du peuple et donc à l’augmentation du nombre d’agents opérant dans le secteur informel.

En résumé, c’est l’incapacité du secteur formel à répondre aux besoins fondamentaux de la population dans les domaines de l’emploi, de la santé, du logement et de l’éducation qui est à l’origine de l’apparition et de l’essor du secteur informel.

Faut-il réduire la taille du secteur informel ou au contraire l’intégrer dans le processus productif ?

L’accroissement de la taille du secteur informel pose le problème de la capacité des Etats à disposer des recettes fiscales nécessaires pour répondre aux énormes défis de développement imposés par la mondialisation. En dépit des stratégies de politiques publiques mises en œuvre jusqu’aujourd’hui, la taille du secteur informel continue d’augmenter.

Certains votent en faveur de la suppression de ce secteur et avancent comme argument principal qu’il faut diminuer considérablement l’importation massive de biens et services qui doit être remplacée par la production et la transformation au niveau local. Il ne s’agit pas de pratiquer du protectionnisme, mais plutôt de travailler à développer les secteurs agricole et manufacturier. Le potentiel de développement de ces secteurs pourvoyeurs d’emplois formels est bien mis en exergue par le volume des importations qui suit clairement une loi exponentielle.

D’autres optent pour une intégration de ce secteur dans le processus productif légalement reconnu par les autorités même si cela signifie un allègement temporaire des contraintes fiscales en attendant que ces nouveaux acteurs économiques s’acclimatent. Dans ce cas il faudra reconnaître l’existence du secteur informel à l’échelle nationale mais aussi internationale pour que cela ne pénalise aucun pays. Ensuite il faudra penser à une approche pragmatique pour formaliser ce secteur, c’est à dire l’unifier de sorte à ce que tous ses composants soient convaincus de l’utilité de cette démarche quant au développement de leur activité mais aussi de celle du pays. Après cela il faudra tout faire pour favoriser la simplification administrative des démarches nécessaires et encourager le principe de transparence que ces nouvelles entités se doivent de respecter auprès des autorités. Pour cela il faudra aussi être intransigeant et veiller à l’application rigoureuse des règles qui seront fixées.

Qu’a t-on à y gagner ?

Le secteur informel a plusieurs traits caractéristiques qui font de lui un frein au développement économique :

– Absence du grand capital ;

– Absence du recours aux crédits bancaires ;

– Absence d’investissements immobilisés ;

– Absence de tenue de comptabilité régulière ;

– Précarité de leur situation ;

– Manque d’organisation et d’approvisionnement stable ;

A partir de là on peut dire que la reconnaissance du secteur informel apportera énormément aux économies locales. Celles-ci verront leur PIB augmenter et leur compétitivité monter en flèche, du fait des nouvelles interconnexions qui vont se créer entre les différents acteurs.

En résumé, le secteur informel constitue un enjeu de développement majeur pour les pays en voie de développement, particulièrement en Afrique. Face à l’accroissement de sa taille, il est grand temps qu’une nouvelle approche soit adoptée. La mise en œuvre de stratégies efficaces conduira au rétrécissement du secteur sans qu’aucune politique ciblée ne soit nécessaire. Il y va aussi de la capacité de l’Etat à disposer des ressources fiscales suffisantes pour répondre aux énormes défis de développement qui se posent. Autant être honnête, cela ne se fera pas du jour au lendemain.

Quelques chiffres sur l’économie informelle

  • Selon le journal britannique The Economist, l’économie informelle, qui regroupe le travail au noir et le produit des activités illicites, tels que le trafic de drogue et la prostitution, représenterait 9000 milliards de dollars dans le monde, pratiquement l’équivalent du PIB américain.
  • Une étude publiée par le groupe de cartes de crédit Visa démontre que le poids de l’économie informelle (travail au noir, transactions légales non déclarées) a diminué en Europe. En 2012, elle représentait 12 % du PIB de l’Union européenne contre 19 % en 2011.
  • La Suisse, qui est l’un des principaux paradis fiscaux au monde, se trouve pourtant affectée du plus faible taux d’économie informelle (9%), du fait de la faiblesse de ses impôts.
  • Aujourd’hui, au Sénegal, l’activité de plus d’un travailleur sur deux relève du secteur informel. Ce taux est cependant inférieur à celui de l’ensemble de l’Afrique subsaharienne (68 %).

Sur le même sujet

Ajouter un commentaire