Génocide rwandais : Tutsis versus Hutus (et Français ?)

Génocide rwandais : Tutsis versus Hutus (et Français ?)

Le 7 avril 1994, un des plus grands massacres du XXe siècle a eu lieu au Rwanda. Ce génocide qui a duré presque 3 mois, opposait les Hutus aux Tutsis, deux ethnies au sein d’un même pays.  Les Hutus ont exterminé 800 000 Tutsis d’ici la fin de ce génocide, le 4 juillet 1994.

20 ans plus tard, l’heure est avant tout au recueillement pour ce drame, la planète fait preuve de respect et n’oubliera jamais ce tragique événement. Mais l’heure est également aux interrogations. En effet, lors de la cérémonie officielle de commémoration à Kigali, le Rwanda était en froid avec la France, jugeant son implication dans le massacre rwandais. Que s’est-il passé ? Quel a été le rôle de la France ? Comment vont évoluer nos relations avec les Rwandais ? Ce sont les questions auxquelles je vais tenter de répondre au long de cet article.

Un peu d’histoire

Tout d’abord, il faut savoir que certaines preuves existent concernant l’implication des soldats français, certaines plus ou moins contestables. Cependant, des travaux d’historiens, des années de recherche, ont suscité beaucoup de curiosité. La France de François Mitterrand était à l’époque alliée des Hutus, allant même jusqu’à recevoir des militants hutus à l’ambassade de France. De plus, les Rwandais accusent la France d’avoir protégé des génocidaires ces deux dernières décennies.

Revenons un peu en arrière, pour se concentrer sur les faits. Durant le génocide, une opération a été décidée par la France pour « mettre fin aux massacres partout où cela sera possible, éventuellement en utilisant la force », la fameuse opération Turquoise. C’est cette dernière qui cause à l’État français tant de critiques. En effet, même si cela a permis de sauver des vies, l’armée française sur place serait restée passive devant de nombreuses atrocités commises. A Bisesero, une chaîne de collines à l’ouest du Rwanda, il est avéré que les soldats français ont laissé des tutsis captifs pendant plusieurs jours à la merci d’extrémistes hutus.

L’arroseur arrosé

Le général Kagamé, aujourd’hui président du Rwanda, pointe du doigt le comportement des soldats français durant le génocide.

Dans un journal local, le président rwandais dénonce le « rôle direct » de la France dans le génocide, sa « préparation politique » et même son « exécution » !

Ce n’est pas la première fois que M. Kagamé intervient de cette manière. Des accusations du même type avaient déjà été portées sur la France en 2008.

Quoiqu’il en soit, même si ce que M. Kagamé avance est sûrement fondé,  il n’empêche que ces déclarations ne sont pas accueillies avec joie partout dans le monde. En effet, le président Kagamé est au cœur de graves accusations en Afrique où il est accusé de déstabilisation et pillage de la République démocratique du Congo, d’assassinat d’opposants politiques, etc. Par conséquent, il est en mauvaise position pour émettre tant de jugements.

Qui a raison, qui a tort ? Cela risque d’être difficile à déterminer, mais ce qui est sûr, c’est que le pays des Lumières a encore beaucoup de zones d’ombres…

Sur le même sujet

Ajouter un commentaire