Manipulation des taux de change: les grandes banques dans le collimateur de la FCA

Manipulation des taux de change: les grandes banques dans le collimateur de la FCA

Après Barclays, Deutsche Bank, JP Morgan, ou encore Citigroup, c’est au tour de HSBC d’être sous le coup d’une enquête sur des soupçons de manipulation du marché mondial des changes.

Le géant bancaire britannique HSBC dont les bénéfices ont considérablement augmenté au troisième trimestre, a indiqué lundi faire l’objet d’une enquête sur les manipulations des taux de change. Une affaire qui risque d’être explosive pour le monde de la finance.

Depuis plusieurs mois les autorités de régulation boursière de pays comme les Etats-Unis, l’Allemagne, la Suisse, ou la Grande-Bretagne cherchent à déterminer si des traders employés par les plus grandes banques internationales avaient manipulé les taux de change pour augmenter leur profit.

La semaine dernière les choses ont commencé à devenir plus claires. Barclays et JP Morgan ont déclaré avoir mis à l’arrêt plusieurs de leurs traders. UBS, Citigroup et Deutsche Bank ont quant à elles reconnu avoir lancé une enquête pour dire de manière sure si certains de leurs traders ont participé à ce montage financier.

Au cœur de cette affaire, un système de messagerie instantanée et plusieurs milliers de milliards de dollars en jeu. Bloomberg a été la première en juin 2013 à évoquer cette histoire en affirmant que des traders de banques pourtant concurrentes s’échangeaient des informations de manière clandestine sur les ordres de changes des devises de leurs clients.

Ces acteurs bien informés du marché se mettaient ensuite d’accord, d’après les accusations, pour gonfler ou minimiser les ordres en fonction de leurs propres paris sur telle ou telle devise, afin d’influencer le taux de change et maximiser leur profit.

Certes, ces manipulations ne toucheraient pas l’ensemble du marché sur lequel les échanges de devises atteignent tous les jours 5 300 milliards de dollars (3 929 milliards d’euros). Il est probable que les principales parités, comme l’euro/dollar ou le yen/dollar n’aient pas été touchées du fait de leur complexité. Les traders se seraient davantage intéressés à des monnaies secondaires, d’Amérique Latine ou de Scandinavie, qui sont plus facilement manipulables.

Sur le même sujet

Ajouter un commentaire